Mobilisation du 6 Avril

Par Syndicat Unsa Keolis DIjon
803 views

Mobilisons Nous

Aujourd’hui, pour la onzième fois, toujours nombreuses et nombreux dans toute la France comme ici à Dijon, nous exprimons la volonté de l’immense majorité de la population française : non à la retraite à 64 ans, non à cette réforme injuste et pénalisante.

Et le président de la République, le gouvernement font comme si rien ne se passait.
Entendent-ils dans les cortèges, grands ou petits, ce que chantent les manifestantes et manifestants ? Lisent-ils les pancartes, les enquêtes d’opinion ? Croisent-ils des gens ordinaires, des travailleuses ou des travailleurs ?
Un seul mot d’ordre, une seule demande : non à la retraite à 64 ans !

C’est le pays dans ses profondeurs, sur tous les territoires qui ne veut pas de cette réforme.
C’est la France qui travaille qui s’y oppose, la France qui se lève tôt, se couche tard voire qui travaille toute la nuit. C’est celle qui manifeste encore et toujours, comme celle qui ne le peut pas, celle qui fait grève et celle qui en est empêché. C’est nous toutes et nous tous.

En dépit de ces deux mois et demi de mobilisation, de ces millions de manifestants, des enquêtes d’opinion toujours opposées à la réforme, le gouvernement poursuit son chemin avec obstination, espérant passer rapidement à autre chose et ponctuant ces dernières semaines d’approximations volontaires, de déclarations hasardeuses ou de contre-vérités.
Ce peuple français que certains espéraient épuisé, ces premières et deuxième ligne que l’on disait fatiguées ou désabusées ont été ignorés, méprisés.
Et cela continue.

La rencontre, hier, avec la première ministre en est un exemple supplémentaire. Circulez, il n’y a rien à voir, rien à modifier, rien à discuter sur le cœur de la réforme des retraites.
Quelle mascarade ! On n’en attendait pas grand-chose… Mais pas sûr que le gouvernement en sorte grandi, tant son incapacité à comprendre la colère est visible et son refus d’entendre la population inacceptable.

Pendant ce temps, après avoir reçu MacFly et Carlito, puis avoir parlé avec les lecteurs de Pif Gadget, c’est de Chine, ce grand pays connu pour son respect de la démocratie et du dialogue, que nous apprenons que le Président pourrait recevoir les syndicats prochainement…
A Pâques ou à la Trinité, la précision manque… mais ce n’est quand même pas très sérieux, monsieur le Président !

La crise est profonde. C’est bien sûr une crise sociale mais bien plus encore une crise démocratique. L’utilisation du 49-3, après l’usage de dispositifs visant à restreindre les débats au Parlement, a ravivé la colère et a jeté une partie importante de la jeunesse dans la rue.

Et pourtant…
Demain, il faudra que le pays s’apaise.
Demain, il faudra que le pays se retrouve uni.
Demain, il faudra que le pays retrouve sa cohésion sociale
Demain, il faudra plus de solidarité, plus de partage.

L’UNSA le répète avec obstination, avec l’intersyndicale et avec 7 français sur 10 : il n’y a qu’une sortie de crise possible. Elle tient en un mot simple, populaire et puissant, un mot plus fort que tous les discours ou les éléments de langage dont on nous abreuve. Ce mot c’est le retrait de la réforme.

RENDEZ VOUS CE JOUR 6 AVRIL A 14H PLACE DE LA LIBERATION DIJON

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x